Aéromodélistes étrangers, Finesse Plus informe

amb_07Dès le début de Finesse Plus en 2016, nous avons travaillé avec d’autres organisations aéromodélistes européennes. Suite à l’évolution de la réglementation intervenue dans l’hexagone et à la position des pouvoirs publics d’imposer à tous, y compris aux étrangers la formation et l’enregistrement des modèles, les autres organisations européennes nous ont interrogés sur ce qu’il se passait en France. En effet, notre pays, occupe une position stratégique en Europe, nombreux sont les aéromodélistes européens qui viennent profiter aux beaux jours des atouts de l’hexagone. Une évidence est trop souvent oubliée: notre activité contribue de manière significative à la richesse française. Par exemple, les revenus directs et indirects générés en matière de tourisme par l’aéromodélisme sont vitaux pour l’économie de nombre de territoires ruraux ou de montagne. Face aux interrogations de nos amis, il nous a apparu indispensable de les informer. Cela devenait urgent car à Finesse Pus nous avons déjà reçu des témoignages d’annulation de séjours aéromodélistes de la part d’étrangers.

Afin que nos amis pilotes continuent à visiter la France, nous avons conçu un article en anglais sur la réglementation française. Il contient toutes les informations pour la compréhension de notre environnement national afin d’éviter aux pilotes étrangers toute mauvaise surprise pendant leur séjour.

Ci joint le lien direct vers notre page dédiée : « Flying in France » :

https://finesseplus.org/flying-your-models-in-france-what-you-must-know/

Cette même page mais en Français pour les touristes francophones :

Faire voler vos modeles en France – What you must know

Nous pouvons fournir gratuitement aux clubs qui nous en ferons la demande, une affichette format A4 Flying your models in France (flyer)a sous la forme d’un autocollant et également une version A5 Flying your models in France (microflyer)a pour affichage sur les lieux de vol, documents qui reprennent les informations essentielles en langue anglaise.

Nous soutenons ainsi concrètement les clubs, leur activité et nos territoires. C’est notre intérêt à tous.

Loi Drones, le début de la fin ?

P1000268Nous le disons depuis le début de cette affaire, la loi drone est une mauvaise loi, faite dans la précipitation et l’improvisation. Si l’Etat avait effectué une vraie concertation et consulté des aéromodélistes représentatifs de notre loisir, il aurait pu éviter les écueils réglementaires auquel il est confronté aujourd’hui.

Lire la suite

L’aéromodélisme de retour au Parlement

722398Un peu plus d’un an après l’adoption de la loi drones, l’aéromodélisme est de retour à l’Assemblée Nationale. M. Rémy Rebeyrotte, député de la 3ème circonscription de Saône-et-Loire s’est préoccupé des conséquences de la loi 2016-1428 sur l’aéromodélisme dans notre pays.

Lire la suite

Projet d’arrêtés et de décrets : Le point

MarianneLa DGAC nous a transmis le 3 août dernier les projets d’arrêtés et des décrets d’application de la loi du 24 octobre 2016, dite « loi drones » pour consultation. En effet cette administration souhaite recueillir les avis des utilisateurs et demande aux structures représentatives telles Finesse Plus de leur proposer éventuellement des amendements. Lire la suite

Géoportail : Une avancée pour l’information des aéromodélistes ?

geoportailFinesse Plus souhaite depuis sa création une meilleure information des aéromodélistes sur l’utilisation de l’espace aérien. Un grand pas vient d’être franchi, en effet le site de l’IGN Géoportail, vient de mettre en ligne la carte des restrictions pour les drones de loisir. Comme vous l’avez désormais compris, cela concerne aussi l’aéromodélisme.

Les informations sont basées sur la législation en vigueur suite aux arrêtés du 17 décembre 2015. Attention, les zones et restrictions temporaires ne sont pas affichées. Pour cela, il faut consulter les Notam.

En quelques clics il est désormais possible de connaitre la hauteur de vol autorisée…ou pas ! En effet les hauteurs de vol possibles sont indiquées selon une échelle de couleurs. Et ce n’est pas forcément parce qu’une zone est en rouge que toute activité aéromodéliste est y est totalement interdite. Par exemple, de nombreux terrains sont situés sur ou à proximité des aérodromes. Un protocole d’accord permet de partager l’espace pour la sécurité de toutes les activités. Il convient d’abord de se renseigner localement.

L’avantage de Géoportail est la possibilité de sélectionner le fond de carte le plus pertinent. Outre les cartes classiques de l’IGN,  l’utilisateur tirera le meilleur parti en superposant à la carte des restrictions pour les drones de loisirs aéronautique la carte aéronautique OACI. Ainsi les zones interdites, les CTR, les parcs naturels, les couloirs à très basse altitude prendront toute leur signification. De plus, c’est la seule façon de visualiser l’emplacement des terrains d’aéromodélismes, enfin ceux qui sont déclarés à la DGAC et qui sont matérialisés sur la carte OACI.

2016-12-21-20_43_26-new-notification

Nous vous invitons à consultez cet outil. En cas de doute, n’hésitez pas à nous faire parvenir un message avec les coordonnées géographiques du lieu*.

DF

*(Menu de droite, Outils, Afficher les coordonnées).

Finesse Plus va rencontrer la DGAC

dgacFinesse plus va rencontrer en janvier 2017 la Mission Aviation Légère Générale et Hélicoptères (MALGH) de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), la date est fixée.
Cette direction de la DGAC interviendra dans la rédaction des décrets d’application de la loi 2016-1428 dite « Loi Drones ».
Nous défendrons notre souhait de continuer à pratiquer notre loisir sans contraintes supplémentaires autres que de respecter la sécurité et la circulation aérienne.

Merci pour votre soutien,

Le bureau Finesse Plus
le 15 décembre 2016